temoignage d'espoir

Aller en bas

temoignage d'espoir

Message par Invité le Mar 4 Mar - 21:07

Voici mes temoignages les plus propices!

Un temoignage que je veux d'espoir!




Ma grossesse


Fin mars 2003 j'apprend que je suis enceinte. Quelle surprise après avoir abandonné l'dée depuis 5 ans. J'avais commencé mes essais 12 ans plus tot avec mon ex-mari et je n'ai eu qu'une seule grossesse qui s'est terminée en fausse-couche en 94...Depuis ce temps je ne suis jamais retombée enceinte malgré des inséminations et une panoplie de tests et de trucs.

Les idées se bousculent dans ma tête en regardant ce test maison concluant...je ne parviens pas a y croire mais en meme temps c'est la peur qui me retient. Peur de le perdre à nouveau. Peur de m'attacher une fois de plus a l'idée d'enfanter et subir toute la douleur du deuil encore. J'avais réussis à mettre cette idée de côté depuis 5 ans...je ne voulais pas retomber dans ce grand désespoir que j'avais vécu auparavant.

Lorsque j'annonce la nouvelle à ma famille tout le monde est fou de joie sauf ma mère qui est certaine que je lui fait une mauvaise blague. J'ai beau lui montrer mon test, elle persiste à croire que je la niaise et m'engueule devant toute la famille réunit à la cabane à sucre. hahahah! Ca demontre à quel point nous n'y croyions plus. Ma mère avait aussi fait son deuil d'être grand-mère un jour. Finalement les larmes de joie et l'espoir...si mince soit-il, refit surface.Pourtant c'était loin d'être gagné...
J'ai quitté mon travail, en retrait préventif, la semaine suivante. Cette fois-ci je metterais toute les chances de mon côte. Je ne l'avais pas fait lors de ma premiere grossesse.

Mon conjoint était ravit d'avoir un enfant avec moi..après ses deux garcons nés de son premier mariage. Il réalisait bien plus cette dernière chance et a vécu cette grossesse intensément tout autant que moi qui l'ai attendu depuis tellement longtemps.

Les 3 premiers mois j'étais crevée mais pas de nausées. J'avais hâte de retrouver mon énergie au deuxieme trimestre. Mais...mes problemes sont survenus à ce moment. J'ai commencé par avoir des kystes sur les fesses. Donc j'ai du me faire opérer sous anesthesie local. Je devais, par la suite, faire changer ma mèche et mon pansement tous les jours jusqu'à ce que ça se referme. J'en ai eu 3 de suite..aucun break...mon été passait et je ne pouvais me baigner. J'avais de la difficulté à m'asseoir...ça fait très mal.

Ensuite j'ai eu mon kyste pilonidal qui a refait surface. Je l'avais depuis au moins 15 ans mais ce n'était qu'un bouton, sur le coxis, qui coulait une fois par année à peu pres. Sauf que cette fois il a terriblement enflé...gros comme une orange...le mal était atroce mais je me disais que ça allait finir par percer comme d'habitude. Mais non...je me suis rendue à l'hopital lorsque ma fievre est devenue incontrolable...je prenais des tylenols, des bains frais, mais rien a faire.

Lorsque le médecin m'a vu j'ai passé en priorité. Il m'a chicané d'avoir tant attendu. Ma pression étant dans le plafond, c'était extrèmement dangeureux pour le bébé, plus qu'une anesthésie général en deuxieme trimestre. J'étais terrorisé a l'idée de perdre mon bébé.J'ai du me faire opérer et on m'a gardé en maternité pour surveiller le coeur du bébé. Ensuite meme manège, changement de pansement tous les jours par une infirmière du clsc...qui n'en revenait pas de ma malchance.

Finalement j'ai perdu mon drain, qui a glissé et le kyste est revenu, une fois la plaie fermée. Je suis donc retourné me faire operer et la j'ai poigné un chirurgien de garde sans coeur. Il voulait essayer de m'anesthésier localement pour operer. Je m'étais presenté deux jours plus tôt et on l'avait essaye mais ca ne gelait pas. Le liquide anesthesiant se melangeait à mon infection c'est tout. Donc je lui explique que ça ne fonctionne pas...que je sens tout et qu'on m'a coupé à froid 2 jours plus tôt et c'est pour ça qu'on m'a retourné a la maison. Je devais revenir voir mon premier chirurgien mais ca grossissait trop rapidement et la douleur était immense. Donc j'avais peur pour ma pression. Alors il me balance -" ok...c'est a toi le bebe! " comme si je condamnais mon bébé. Il m'a dit que c'était dangeureux d'avoir une anesthesie générale. Mais qu'est-ce que je me sentais épouvantable de ne pas avoir le courage de passer à travers ce mal. Il m'a planté la toute seule et je pleurais comme une folle. J'allais tuer mon bebe...après toutes ces années..probablement ma dernière chance d'avoir mon fils à 36 ans deja.

Finalement le docteur m'a dit n'importe quoi car l'anesthésiste m'a affirmé qu'il n'y avait aucun probleme. Le bébé dormirait avec moi tout simplement. Finalement tout s'est bien passé.

Lorsque j'ai été guérit, j'ai pu prendre mes cours prénatals...mais à deux semaines de mon accouchement prevu le 20 novembre...mon kyste s'est repointé. Bien sur c'était toujours une possibilite puisqu'on ne pouvait me faire la grande opération pendant ma grossesse. On ne faisait que drainer l'infection...et il y en avait énormement..ce qui me faisait enfler tellement.

Donc je me repointe à l'urgence et on me prépare a l'opération. L'anesthésiste nous dit, ma mere et moi, qu'il me sauveront avant l'enfant si il y a complications. Ca peut etre dangeureux en troisieme trimestre. De plus ils ne peuvent monitorer le bébé en meme temps que moi..trop d'instruments ou quelque chose du genre. Je suis très inquiète...je pleure...ma mère essais de rester forte mais elle fait les cents pas en m'attendant.

Finalement au réveil j'apprend que tout s'est bien passé. On me retourne en maternité...comme chaque fois...et j'y passe encore 3 jours. Je suis tannée des hôpitaux et de voir tous les poupons des autres...j'ai hâte de voir le mien...vais-je enfin y arriver un jour.. Donc le 20 novembre...c'est ma fête...mais bébé ne se pointe pas en cadeau...alors on planifie le 24...mon corps a assez attendu, il doit pouvoir se concentrer sur sa guérison et non sur le développement du bébé qui est complet...





Mon accouchement



Je me pointe le 23 novembre à l'hôpital pour mon induction...moi qui croyait accoucher tout de suite j'ai du passer une autre nuit seule a l'hôpital. Cette nuit là mes contractions ont vraiment commencé. J'en avais eu un peu quelques semaines avant mais aucunes de cette force.

Donc je dors très mal mais au matin j'étais passé de 1cm et demi à 3 et demi. Parfait, alors on m'invite dans la chambre des naissances avec mon conjoint pour rencontrer l'anesthésiste. Mon kyste est revenu et j'ai peur car il commence à me faire vraiment mal depuis 2 jours...je me demande comment je vais bien pouvoir accoucher...je ne peux meme pas me coucher sur le dos. J'en avais parlé avec mon obstétricienne et elle m'avait dit qu'il n'y aurait aucun probleme. J'aurais l'épidurale et si il fallait, j'accoucherais comme les Africaines, accroupie.

Mais voila, l'anesthésiste me dit qu'ils se sont remis sur mon cas et ont fait consensus pour ne pas m'administrer l'épidurale, trop de risque de faire une méningite du à mon infection au coxis. Je lui dit bon ok, mais dès qu'il sort je me met à pleurer dans les bras de Marc. Comment vais-je arriver à accoucher avec cette douleur en plus. Je suis déjà épuisée...mais bon je me raisonne sachant qu'enfin je ne soufrirai pas pour rien cette fois-ci. J'ai hâte de tenir mon bonhomme dans mes bras. J'espère qu'il sera en santé avec tous les médicaments que j'ai dû prendre lors de ma grossesse, dont de la morphine une fois, mais que j'ai fait arrêter dès que j'ai su.

Alors on se remonte les manches et on passera à travers. Marc est calme mais je sais qu'il est nerveux sans le montrer. Il doit aussi être l'accoucheur et seulement coaché par mon obstétricienne.
Donc pitocin...bang je suis aux 2 minutes déjà...mon col évolue bien mais je souffre beaucoup. Pourtant je ne crie pas...je me concentre sur chaque contraction. Marc me passe une voiture a massage dans le dos...à la fin on l'entend grincer très fort très loin dans le corridor, tellement il n'arrêtait pas. Je devais aller m'asseoir sur la toilette pour faire descendre bébé. sa tête n'était pas encore engagé. Je souffrais tellement que juste me lever et m'y rendre était presque impossible sans l'aide de ma famille.

Ce fut un travail d'équipe. Ma soeur m'apportait des débarbouillettes humides, ma mère respirait avec moi et elle me faisait des pressions sur la main avec mon conjoint. Un moment donné une autre infirmière se pointe. J'en avais une constamment avec moi. Alors l'autre me demande si elle peut me faire un toucher spécial pour faire avancer mon col plus rapidement. Ho! yessss! go! n'importe quoi! Je passe de 6 a 9 cm en 30 minutes.

Je dormais entre chaque contraction et j'avais l'impression de dormir une bonne demi-heure même si ce n'était que 2 minutes. Donc ça me donnait un break. À un certain moment, en m'éveillant, j'entend arithmie...QUOI? faites-le sortir...on me calme en m'expliquant qu'il n'y en avait pas. Ce n'était qu'une discussion entre ma mère et mon médecin. Mais je suis complètement gelée par le démérol qu'ils m'ont donné. Tellement que je délire...je parle de mes rêves, entre mes contractions, et personne ne comprend de quoi je parle.

Finalement rendu à 10 on commence à pousser. Mais moi je dois pousser les fesses dans les airs. Je pousse bien, elle voit la tete mais, autre petit probleme, mon col descend avec le bebe et obstrue le passage. Alors je pousse et mon médecin essait de tenir mon col fermement...rien à faire. On se reprend plusieurs fois jusqu'à ce qu'elle aille chercher le gynecologue car c'est un problème gynécologique. Elle n'a jamais vu ça de toute sa carrière...25 ans. Donc tout le monde est inquiet...c'est le silence total...quand je pousse tout le monde m'encourage. Vas-Y isabelle...pousse...t'es capable...on voit sa tête...

À un certain moment, après 1 h 45 de poussées je dis a mon médecin que je ne suis pas certaine d'avoir assez de force pour l'expulser...je m'affaiblis terriblement. Le gynécologue m'a fait poser les fesses sur la table pour pousser, ne comprenant pas pourquoi je pousse les fesses dans les airs. Personne n'a le temps de lui expliquer et moi je veux que mon garcon sorte...j'ai peur pour lui, donc je m'exécute.

Mon médecin arrête le pitocin pour que je me repose un peu...15 minutes plus tard elle le rebranche et j'attend la grosse contraction. Le gynécologue n'arrivant à rien décide de prendre la ventouse et s'évertue à étirer mon col autour pour ne pas l'arracher...alors je pousse une dernière fois de toute mes forces...je ne sens plus rien tellement j'ai été manipulé au niveau du vagin...et bébé sort...tout le monde cris de joie et pleurent...Marc n'a pu que retirer la moitié du corps de Pierluc...je ne l'ai même pas vu...il me l'a posé sur moi et j'étais très étonnée de ne pas pleurer de joie...je ne faisais que le rassurer...je savais que ca avait été terriblement difficile pour lui. J'étais d'un calme incroyable...heureuse de le voir tout rose...et il a prit mon sein...s'y accrochant 30 minutes de chaque cote...comme une sécurite je presume. J'étais folle de bonheur.

Avant de partir mon médecin est venue me voir et m'a dit que vraiment elle n'avait pas assister à un accouchement aussi courageux depuis des lustres. Que j'avais eu une grossesse terrible jusqu'à la fin mais que mon bébé était en santé avec un agpar de 9-10-10. Elle me dit aussi que tous les vaisseaux sanguins qui avaient éclatés et recouvraient mon visage allaient disparraître...ainsi que mon enflure aux yeux et aux oreilles. J'avais l'air d'un boxer apres un combat.

Finalement mon accouchement à duré 7heures dont 2 heures de poussées..mon petit bébé, conçu à la st-valentin et qui était du à ma fête, est finalement né le 24 novembre 2003. Il mesurait 21 pouces et demi pour 7 livres et 9 onces. Il a eu un torticoli et une clavicule fracturé à l'expulsion mais je ne l'ai su que 2 semaines plus tard.

J'ai finalement eu ma grande opération quand Pierluc à eu 3 mois et ca a prit 4 mois a guérir. Tout ces kystes ayant été stimulés par mes hormones de grossesse sont choses du passé enfin. Ils ont tout éliminé lors de l'opération et j'ai reçu l'aide d'une infirmiere à domicile pour s'occuper de Pierluc, une perle.
Tous les jours je remercie la vie pour ce grand miracle a tout les niveaux.

Aujourd'hui je regarde mon fils et ça m'arrive encore de pleurer de joie...il est là...il est bien là...et j'en prend grand soin..c'est notre bonheur à tous chez moi. I love you
isabulle xxxx

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: temoignage d'espoir

Message par Karine28 le Sam 10 Mai - 22:58

wow Isabulle!!! Quel beau témoignage.. J'en ai les larmes aux yeux... Ce fut très difficile pour toi....
avatar
Karine28
Grande amitié maternelle
Grande amitié maternelle

Nombre de messages : 1885
Age : 39
Emploi/loisirs : Le plein air, la lecture, cuisiner
Date d'inscription : 08/05/2008

petit résumé
Enfant: 2
Maman depuis: le 3 février 2006 (Alec) et le 11 avril 2009 (Lorie)
Métier: travaille chez IGA

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: temoignage d'espoir

Message par Mytho le Ven 1 Aoû - 18:04

wow... incroyable... je ne pensais pas que tu avais tant souffert... je te lève mon chapeau!
avatar
Mytho
Grande amitié maternelle
Grande amitié maternelle

Nombre de messages : 968
Age : 35
Localisation : St-Nicéphore, Drummondville
Emploi/loisirs : Intervenante sociale csss drumond
Humeur : ca va...beaucoup trop vite
Date d'inscription : 03/02/2008

petit résumé
Enfant: 5
Maman depuis: 6 mars 2006
Métier: intervenante sociale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: temoignage d'espoir

Message par Jomela le Mer 20 Aoû - 11:10

Je savais déjà ça, tu en avais déjà parlé sur un autre forum, mais de le lire là, comme ça tout d'un coup !!

OUF !! Je suis a sec !!!

J'aurais juste envie de te prendre dans mes bras et de te serré très fort !

_________________
Bonne journée à toi Invité

avatar
Jomela
Amitié maternelle supprême
Amitié maternelle supprême

Nombre de messages : 1570
Age : 40
Localisation : Saint-Constant
Emploi/loisirs : Photographie et Scrapbooking.
Humeur : Toujours souriante
Date d'inscription : 02/02/2008

petit résumé
Enfant: 3
Maman depuis: Décembre 2000
Métier: Maman à temps plein et fière de l'être!!

Voir le profil de l'utilisateur http://lamitiematernelle.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: temoignage d'espoir

Message par pascale le Sam 25 Oct - 6:49

wow!! quel courage!! franchement tu es une femme tres forte et tu merite grandement cet enfant tant attendu!! toute mes feliitation pour tout ce courage!!! je suis completement bouchebee de ton temoignage et ca prouve que tout devient possible!!

bizouxxxxx
avatar
pascale
Grande amitié maternelle
Grande amitié maternelle

Nombre de messages : 2746
Age : 38
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : congé de maternité et scrapbooking!!!!
Humeur : bonne
Date d'inscription : 04/02/2008

petit résumé
Enfant: 2
Maman depuis: 11 août 2005 11 août 2008
Métier: congé de maternité

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moncoinscrap.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: temoignage d'espoir

Message par doudounne600 le Mer 7 Jan - 22:19

Wow\\\C'est incroyable, j'en ai les yeux plein d'eau
avatar
doudounne600
Grande amitié maternelle
Grande amitié maternelle

Nombre de messages : 2116
Age : 33
Localisation : Delson
Emploi/loisirs : Cassière au Mc Do
Humeur : toujours souriante
Date d'inscription : 18/11/2008

petit résumé
Enfant: 1
Maman depuis: 2 avril 2008
Métier: Cassière au Mc Do

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: temoignage d'espoir

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum